Rétrofit électrique : c’est quoi exactement ?

 

Vous aimeriez passer à un véhicule électrique sans abandonner votre ancien modèle ? Il est possible aujourd’hui de transformer un véhicule à moteur thermique, à essence ou diesel, en 100 % électrique. Ce processus de conversion porte un nom : le rétrofit. Comment procéder ? Quel est son coût ? Nos réponses à vos questions.

Rétrofit : de quoi parle-t-on ?

Le rétrofit consiste à enlever le moteur thermique d’un véhicule (essence ou diesel) et le remplacer par un moteur électrique et une batterie. Depuis le 4 avril 2020, il est possible de procéder à cette conversion sans l’accord du constructeur.

Pour des raisons de sécurité routière, le rétrofit doit être réalisé par des professionnels établis en France et ayant obtenu l’autorisation d’homologation auprès de l’UTAC (l’organisme technique central du contrôle technique des véhicules). Il doit également respecter un cahier des charges strict de conformation à la réglementation française. Cela implique notamment de :

  • conserver les dimensions d’origine du véhicule ;
  • ne pas excéder 20 % de variation de poids après la conversion ;
  • installer un moteur avec une puissance équivalente à celui d’origine.

L’homologation atteste que le véhicule rétrofité répond aux mêmes normes qu’un véhicule électrique neuf. Après l’intervention, il recevra un agrément prototype et une plaque de transformation. Cette dernière sera placée à côté de la plaque du constructeur automobile.

Quel véhicule puis-je rétrofiter ?

Pour être éligible, le véhicule doit :

  • avoir plus de 5 ans pour les véhicules de catégories N (camions et camionnettes) et M (véhicules conçus pour le transport de passagers), et plus de 3 ans pour la catégorie L (motos et cyclomoteurs) ;
  • posséder un moteur thermique. Les véhicules déjà électriques ou hybrides ne sont pas concernés.

Un homme croise les bras et tient des outils dans l'une de ses mains.

Combien coûte un rétrofit électrique ?

Le coût moyen d’une conversion est situé entre 15 000 et 20 000 €, mais varie selon le type de modèle et la taille des batteries à installer. Il peut débuter à partir de 8 000 € pour les petits véhicules citadins et aller jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros pour les modèles avec une forte autonomie.

Si cela représente un budget, il faut savoir que :

  • ce prix reste deux à trois moins élevé que l’achat d’un véhicule électrique neuf d’une gamme similaire ;
  • il tend à diminuer progressivement en raison de la démocratisation de la voiture électrique en France et des avancées techniques ;
  • l’investissement permet de réaliser des économies conséquentes tout au long de la durée de vie du véhicule.

De plus, grâce à cette opération, vous pourrez profiter des avantages réservés aux véhicules électriques, comme les coûts à l’usage et à l’entretien réduits, le stationnement gratuit selon les villes ou encore l’absence de restriction de circulation pour les véhicules polluants. Enfin, vous n’aurez pas à dire adieu à votre véhicule : au contraire, vous lui offrez une seconde jeunesse sans modifier son comportement routier et la puissance de son moteur.

Le saviez-vous ?
Le coût moyen de recharge d’une voiture électrique est estimé entre 2 et 3 € pour 100 km, contre 6 à 8 € pour une voiture thermique.

 

Existe-t-il une aide financière ou un bonus écologique ?

Le rétrofit ne permet pas d’être éligible au bonus écologique, car il s’agit d’une aide dédiée à l’achat d’un véhicule électrique neuf. L’État propose toutefois une prime à la conversion depuis le 1er juin 2020. Son montant est fixé à :

  • 5 000 € pour une voiture dont le propriétaire est une personne physique avec un revenu fiscal de référence (RFR) inférieur à 18 000 € ;
  • 2 500 € pour une voiture dont le propriétaire est une personne morale, ou une personne physique avec un RFR supérieur à 18 000 € ;
  • 5 000 € pour une camionnette ;
  • 1 100 € pour un véhicule à deux ou trois roues ou un quadricycle à moteur.

 

Pour bénéficier de cette prime, le propriétaire doit :

  • posséder son véhicule depuis au moins un an ;
  • ne pas le céder dans les six mois suivant le rétrofit ou avant d’avoir roulé 6 000 kilomètres au minimum.

 

Vous avez désormais toutes les clés en main pour donner un coup de neuf à votre véhicule et parcourir les routes sans émettre de pollution atmosphérique et sonore. À ce jour, plusieurs professionnels en France sont habilités à procéder au rétrofit. Ils sont regroupés au sein de l’association AIRE (Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique). Pour en savoir plus, rendez-vous sur leur site.

 

Comment recharger mon véhicule rétrofité ?

Votre véhicule est enfin passé au moteur électrique ? Avant de prendre la route, il faut penser à un moyen de recharge. Une borne de recharge est un équipement de taille compacte, qui peut être fixé au mur ou au sol. Contrairement à une prise domestique, elle intègre un dispositif de protection et garantit le bon fonctionnement de votre installation électrique.

Qovoltis propose des bornes de recharge pour véhicules électriques capables d’adapter leur puissance en temps réel par rapport à la puissance disponible sur l’installation électrique, ainsi qu’une tarification avantageuse au kWh consommé.

Aussi belles que performantes, nos bornes offrent des possibilités uniques d’optimisation et de pilotage de la recharge via une application mobile et sont éligibles au programme Advenir. Pour découvrir nos services de recharge contactez-nous !

Articles
similaires

Voiture branchée à une borne de recharge Qovoltis dans un parking
31 mai 2022

Électrifier votre flotte entreprise : quelles aides et subventions en 2022 ?

Des pièces de monnaie entassées font pousser une plante.
04 avril 2022

Voiture électrique : combien vous coûte-t-elle réellement ?

Une femme tenant une feuille blanche avec un point d'interrogation devant son visage.
21 mars 2022

Borne de recharge ou prise renforcée : quelle solution choisir ?

Une main tient une montre
28 février 2022

Combien de temps avant que ma voiture électrique ne soit chargée ?