HEV, PHEV, EREV, EV : quelles différences entre ces véhicules électriques ?

HEV, PHEV, EREV, EV… En France, de nombreux types de véhicules électriques parcourent les routes. Vous les côtoyez tous les jours, mais connaissez-vous leurs spécificités ? Petit tour d’horizon pour comprendre ce qui se cache derrière ces abréviations.

EV, les véhicules tout électriques

Également appelés BEV (Battery Electric Vehicle) ces véhicules sont 100 % électriques. Ils ne possèdent pas de moteur thermique et n’ont donc pas besoin d’énergie fossile. Ils fonctionnent uniquement grâce à un moteur électrique, alimenté par une batterie.

La recharge de la batterie s’effectue sur un point de recharge dédié, via le réseau électrique. Il s’agit généralement d’une borne de recharge publique ou privée. Les EV ont un avantage non négligeable : ils n’émettent aucun gaz à effet de serre au niveau local.

Selon les modèles, l’autonomie varie de 135 km à 730 km en cycle WLTP. Ces véhicules électriques suffisent amplement pour des déplacements quotidiens en zone urbaine.

HEV, les véhicules hybrides non rechargeables

Les HEV (Hybrid Electric Vehicle) sont des véhicules hybrides « classiques »
embarquant un moteur électrique et un moteur thermique. Contrairement aux
véhicules électriques, ils ne peuvent pas être rechargés sur un point de
recharge et n’intègrent pas de prise électrique. La batterie possède une faible
autonomie et ne s’alimente qu’en roulant, grâce au dispositif de « freinage
régénératif ». Grâce à cette technologie, l’énergie est récupérée lors des
freinages, convertie en électricité puis réinjectée dans la batterie.

Le moteur électrique est sollicité pour le démarrage du véhicule et permet de rouler jusqu’à une vitesse maximale de 50 km/h. Au-delà, le moteur thermique prend le relais. Au quotidien, ces véhicules permettent de réduire sa consommation de carburant et de rouler plus écoresponsable en ville.

> À lire aussi : Comment fonctionne le freinage régénératif de votre véhicule électrique ?

PHEV, les véhicules hybrides rechargeables

Comme les HEV, les PHEV (Plug-in Hybrid Electric Vehicle) sont des véhicules hybrides possédant deux moteurs : l’un électrique, l’autre thermique. Seule différence : la batterie possède une capacité plus importante et peut être rechargée sur un point de recharge externe. Elle peut également être alimentée pendant la conduite grâce au freinage régénératif.

Ces véhicules possèdent une autonomie allant de 40 à 100 km et peuvent rouler à des vitesses élevées (jusqu’à 130 km/h) uniquement grâce au moteur électrique. Il est ainsi possible de rouler en tout électrique et de couvrir des trajets urbains quotidiens, estimés entre 20 à 30 km par jour en moyenne pour un Français. Le moteur thermique prend le relais lorsque la puissance de la batterie électrique est insuffisante, notamment lors de longs trajets ou sur des voies rapides.

Pour les automobilistes roulant majoritairement sur route urbaine et périurbaine, les PHEV sont des véhicules particulièrement intéressants. Ils permettent également de limiter ses émissions de CO2.

> À lire aussi : Phev et voiture hybride : comment ça fonctionne

EREV, les véhicules à autonomie prolongée

Parfois classés comme des véhicules hybrides rechargeables, les EREV (Extended Range Electric Vehicle) sont en réalité des véhicules électriques avec prolongateur d’autonomie. Contrairement aux PHEV, le moteur thermique ne permet pas de propulser le véhicule : il ne sert qu’à générer de l’électricité pour recharger une batterie de grande capacité.

L’utilisation d’un EREV permet de réduire considérablement sa consommation de carburant. Pour un trajet de 100 km, il est possible de consommer moins de 2 litres de carburant tout en bénéficiant d’une belle plage d’autonomie.

Peu de voitures électriques sont toutefois dotées de cette technologie. Malgré une meilleure performance, elles nécessitent l’installation d’une imposante batterie ainsi que d’un moteur essence. Résultat : le véhicule est lourd, et surtout coûteux. C’est le cas notamment de la BMW i3, dont la production a été arrêtée après 250 000 exemplaires.

 

Sources : Québec, RoulezElectrique, Opel, Ornikar, AutomobilePropre.

 

Articles
similaires

Voiture électrique - Tesla
01 février 2023

Pourquoi passer à la voiture électrique ?

Car charging
25 janvier 2023

Smart charging : pourquoi installer une borne de recharge intelligente ?

Copropriété
18 janvier 2023

Installer une borne de recharge en copropriété : quelles options s’offrent à vous ?

Recharge véhicule électrique
26 décembre 2022

Ouverture d’un compteur EDF : découvrez l’offre adaptée à votre véhicule électrique !